Urgence santé : comment dépister en 2016 ?


La fermeture du réacteur Osiris fait courir une grave menace sur la santé publique. Comment faire les 850 000 dépistages annuels actuels en 2016 ? Le gouvernement ne donne toujours pas de réponse sérieuse.

Lettre ouverte aux ministres responsables

Objet : Fermeture du réacteur Osiris, notre santé en danger, menace sur les dépistages

 

Comme vous le savez(*), l’élément radioactif Technétium 99m est utilisé pour des examens médicaux de scintigraphie nécessaires à la détection de pathologies osseuses, cardiaques, de tumeurs cancéreuses et des conséquences de maltraitance chez l’enfant.

 

Médecins, salariés, syndicats, députés et sénateurs alertent le gouvernement depuis des mois sur le risque sanitaire important que constitue la possibilité de pénurie de Technétium que fait courir la fermeture du réacteur Osiris de Saclay (Essonne), seul réacteur français capable de produire les éléments radioactifs nécessaires à ces dépistages. Le communiqué de l’Académie nationale de médecine de février 2014 prévoit une pénurie sévère entre 2016 et 2018 étant donné que le Réacteur Jules Horowitz (futur producteur de Technétium 99m) ne sera pas opérationnel avant 2020, dans le meilleur des cas.

 

Malheureusement, la réponse du gouvernement donnée au Sénat le 21 octobre 2014 n’est pas à la hauteur de cet enjeu majeur de santé publique et confirme nos inquiétudes concernant un grave risque sanitaire. En effet une première solution évoquée par Madame Fioraso serait un autre producteur possible de Technétium, le réacteur BR2 en Belgique. Avec du temps et du travail cette solution pouvait être envisagée, mais c’est impossible en pratique : le réacteur fermera pendant 18 mois dans la période 2016-2018 !

Une autre réponse est de remplacer les scintigraphies au Technétium par des examens TEP (Tomographie par Émission de Positons). Là encore c’est impossible en pratique car ces examens TEP ne se font pas sur les mêmes appareils que les scintigraphies. Pour pouvoir faire tous les dépistages en TEP il faut au minimum doubler voire tripler le nombre d’appareils existant en France alors que, dans le plan cancer 2014-2019, aucun achat de TEP n’est prévu !

 

Cette situation est inacceptable et cette décision gouvernementale est irresponsable.

Comme l’Autorité de Sûreté Nucléaire l’a envisagé dans sa décision du 25 juillet 2014, la seule solution encore possible est, si le gouvernement le décide rapidement, de prolonger le réacteur Osiris en 2016 et au-delà.

 

(*) voir notre précédente lettre ouverte du 24 septembre 2014.

 

 

Syndicats signataires :

CFE-CGC Iba-Molecular / CIS-Bio

La CGT CEA Saclay

La CGT CIS-Bio / Iba Molecular

L’Union Départementale La CGT Essonne

FO CIS-Bio / Iba Molecular

FO CEA Saclay

 

Saclay, le 15 décembre 2014

 

(*) à l’adresse de : M. Valls, Mmes Fioraso, Royal, Touraine, VallaudBelkacem, MM. Macron, Sapin

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *