5 Organisations syndicales soutiennent les revendications des salariés d'ISS


Prestations
téléphoniques, standard, 12, 14, …

Salariés
menacés

DECLARATION
DES PERSONNELS ISS AU COMET DU 11 JUIN 2009

La
société ISS a géré pendant trois ans le contrat qui regroupait le
standard, les cartes de cantine, le 14, la gestion du parc de
téléphonie filaire et la gestion du parc de téléphonie mobile.

Ce
contrat est divisé en deux à compter du 1 er juillet 2009.

D’un
côté, les cartes de cantine, le 14 et le standard ont été
rattachés au contrat du magasin central, géré maintenant par
SODEXO.SODEXO, par manque d’expérience dans le domaine,
sous­traite le standard à la société PENELOPE.La téléphonie
filaire et la téléphonie mobile ont été rattachées au contrat du
13 et de l’autocom, géré maintenant par INEO.


Aucun des salariés
d’ISS n’est repris ni par SODEXO ni par INEO

(malgré
une approche d’INEO dans un premier temps) sur les postes que
certains occupent depuis près de 10 ans. La société ISS a d’ores
et déjà annoncé à ses salariés qu’elle n’avait pour
l’instant aucun poste à leur proposer.

Depuis 10 ans,
au gré des reprises de contrats,
ces
personnels ont toujours été maintenus dans leurs postes par les
différentes entreprises titulaires
.


Nous, salariés d’ISS,
demandons que tous les personnels souhaitant rester sur le site,
soient aujourd’hui encore repris par INEO d’un côté et SODEXO­
PENELOPE de l’autre.

Notre
demande est d’autant plus justifiée que nos compétences et notre
investissement permanent dans les tâches qui nous ont été confiées
ont toujours été reconnus et appréciés du personnel CEA comme en
témoigne le soutien qu’il nous apporte aujourd’hui.

Les organisations syndicales de
Saclay CFDT, CFTC, CGT, FO et SPAEN soutiennent les revendications
des huit salariés d’ISS dont les contrats sont remis en cause lors
du changement d’entreprise prestataire. Il serait inacceptable que
ces salariés se retrouvent privés d’emploi, comme l’ont été
nos collègues chargés de l’entretien des espaces verts lors du
changement de sous­traitant en 2006.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *