Déprime à l’ACAS


L’Association Centrale des Activités Sociales permet aux représentants du personnel de gérer les prestations des activités sociales pour les salariés.

Les orientations décidées depuis des années, contre l’avis de la CGT, ont fini par épuiser la trésorerie de l’association au point de supprimer toute marge de manœuvre.
La crise s’est également concrétisée par la démission de la présidente et du trésorier de l’ACAS. Dans ce contexte difficile, la CGT assure la continuité.

Comme la situation ne date pas d’hier, il y a beaucoup à dire pour comprendre les causes et les enjeux.

Pour tout savoir lisez notre synthèse ci-jointe :


La CGT assure la continuité

Dès le lendemain des élections de 2019, les élus CGT ont souhaité travailler en intersyndicale pour améliorer les activités sociales du CEA.

Après un peu plus d’un an et beaucoup de découvertes sur la gestion catastrophique de l’ACAS, la présidente CFDT et le trésorier CGC ont démissionné de leurs mandats. Afin d’assurer la continuité de l’ACAS (versement des prestations, des salaires des 70 salariés,…) la CGT a pris le mandat de président par intérim, élu à l’unanimité.

Le recrutement d’un nouveau chef de Service Administratif de Gestion (SAG) de l’ACAS, qui pour la première fois n’est pas désigné par la direction du CEA a complètement changé les habitudes. Il est à noter que l’avocat de l’ACAS a confirmé que ce recrutement avait été fait dans les règles. Ceci a crée des tensions mais a aussi permis de mettre à jour de nombreux manquements de gestion. Pour éviter toute rumeur, il faut préciser que selon le Commissaire aux comptes, il n’y a aucune malversation, mais des erreurs de gestion en cascade.
C’est sans doute aussi un des déclencheurs des démissions de la présidente et du trésorier.

Le bilan financier 2019
Aucun chiffre n’est disponible pour 2020. Nous vous faisons donc un état des lieux au 31 décembre 2019 :
L’ACAS est déficitaire : 5 M€ de pertes !
Ces pertes ont été découvertes en octobre 2019.

La CFDT occupe la présidence de la commission CGS Humanis et port donc la responsabilité des décisions prises concernant vos cotisations de mutuelle.
• Perte sur les activités sociales de -2,9 M€ sans “destination de l’année” en 2019
• Part Mutuelle HUMANIS de -2,1 M€ directement impactée sur les réserves. Depuis toujours nos dépenses de santé sont supérieures à la dotation du CEA. Jusqu’en 2019, l’ACAS parvenait à compenser cet écart (fonds de régulation Capron). La direction semble avoir trouvé la solution : non pas augmenter la dotation mais supprimer la prise en charge des retraités !

Pour plus de détails, voici l’audit des comptes du 31 décembre 2019.

En conclusion
Les élus ne doivent pas croire qu’ils ont tous les droits. Ils ont surtout le devoir de gérer avec rigueur et professionnalisme les activités sociales qui leur ont été confiées.
La majorité en place à l’ACAS doit en prendre acte et assumer un bilan catastrophique dont la CGT n’est pas solidaire.
Mettre le feu à la maison-ACAS pour ne pas laisser d’empreinte est inutile. Mieux vaudrait réparer ensemble les dégâts commis à l’ACAS.
Les élus Activités Sociales de la CGT se tiennent prêts à s’investir avec tous les élus de bonne volonté, dans un projet d’avenir à long terme pour les activités sociales : refonte de la réglementation et sauvegarde de notre patrimoine.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *