Deux ministres accueillis par une banderole « Recherche en danger » au CEA Paris Saclay


Le 7 septembre 2020, la ministre de l’ Enseignement Supérieur, la Recherche et l’Innovation, Frédérique Vidal et le premier ministre Jean Castex ont visité le site du CEA de l’Orme les Merisier, membre de l’Université Paris Saclay. Ce choix a été fait sans doute après la publication du classement de Shanghai attribuant la 14 ème place mondiale à cette université (*).

Dans leurs discours, les ministres ont défendu la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR), très contestée depuis plusieurs mois.

Un court échange entre les ministres et de jeunes chercheurs a eu lieu, où les points suivants ont été évoqués :

  • La peur des « tenure track » qui augmentent la précarité
  • Le grand nombre d’année qu’il faut pour obtenir un poste pérenne
  • La non prise en compte dans la carrière du choix d’avoir des enfants
  • Avenir précaire pour les thésards

Après ce bref échange de questions-réponses, le personnel du laboratoire a pu, malgré l’opposition du service d’ordre ministériel, déployer une banderole « LPPR  : Recherche en danger » (action décidée en assemblée générale le vendredi 4 septembre 2020, par les personnels prévenu ce jour de la visite). Frédérique Vidal est venue discuter avec les manifestants. Cet épisode est soigneusement passé sous silence par l’article du CEA sur cette visite.

Un chercheur a expliqué que les problèmes de la recherche étaient connus depuis plus de 15 ans, les plus notables étant :

  • la précarité des salariés
  • la perte de savoir faire avec le turn-over, le délitement du collectif de recherche
  • le financement par projet qui morcelle les sujets de recherche
  • l’évaluation des salariés, artificiellement basée sur les publications et l’innovation et laissant de côté tout le reste
    Dans les deux cas la LPPR aggrave ces problèmes car d’une part, elle ne crée que des postes précaires et d’autre part elle renforce le financement par projet.

La ministre lui a répondu que la LPPR prévoyait une prime pour tous les maîtres de conférence et que la suite de la réforme de la recherche, qui se veut ambitieuse, se ferait en concertation avec les représentants du personnel. L’évaluation des chercheurs devra, selon elle, être radicalement modifiée de façon à valoriser davantage les équipes.
Un représentant du personnel a fait remarquer que cette concertation évoquée par la ministre n’existait pas et que lors du dernier Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (CNESER), le ministère était passé en force pour la consultation sur la LPPR.

D’autres chercheurs sont intervenus pour expliquer que la situation des salariés de ce domaine était telle qu’elle dissuadait beaucoup de jeunes de s’engager ou de continuer dans la recherche.

En parallèle, les élus du laboratoire du LSCE ont rencontré des personnes du cabinet ministériel venus pour les rassurer sur la LPPR.

(*) composée notamment de l’Université d’Orsay, du CEA, de l’Ecole Normale Supérieure (Paris-Saclay) et de l’IHS.

Voici une vidéo résumant, avec une musique ironique, les frictions avec les gardes du corps pour déployer la banderoles et les différents propos :

Une vidéo plus longue sur les critiques de fonds formulé par les chercheurs sur la politique de la recherche en France

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *