Tous dans la rue le 24 juin


Tous en grève et à la manifestation
unitaire et interprofessionnelle
jeudi 24 juin 2010 à 14 h
de République à Nation

Les conditions les plus
dures d’Europe

En repoussant l’âge de départ à la
retraite (dès 1er juillet 2011) vers les 62 ans à partir de 2016,
ainsi que l’âge de la retraite à taux plein (sans condition
d’annuité) à 67 ans (au lieu des 60 et 65 ans actuels), et en
confirmant l’allongement de la durée de cotisation à 41,5 ans,
les conditions d’acquisition des droits à la retraite en France
seraient les plus drastiques en Europe.

Lire la suite
ici

Apporter les ressources
financières supplémentaires nécessaires

Le Conseil d’Orientation des
Retraites les a évaluées dans son premier rapport à un maximum de
huit points de produit intérieur brut (PIB).

Pour dégager ces huit points sur 40
ans, il suffit :

  • ♦ de supprimer les exonérations
    de cotisations sociales patronales
    à ce jour 1,5 % du PIB – tout en
    modulant le taux de ces cotisations en fonction de la part des
    salaires dans la valeur ajoutée des entreprises, de façon à les
    encourager en matière d’emploi et de rémunération ;

  • d’assujettir au taux moyen
    de la cotisation dite « patronale » (15 %) pour les retraites
    les revenus financiers des entreprises
    (260 milliards d’ euros en
    2008, selon les Comptes de la Nation). Ce qui rapporterait près de
    2 points de PIB supplémentaires ;

  • ♦ enfin, d’augmenter
    progressivement les cotisations sur les salaires de 0,30 %, au plus,
    chaque année à compter de 2011 et jusqu’en 2050
    (0,18 % pour la
    part dite patronale ; 0,12 % pour la part salariale, soit 36 euros
    de cotisation annuelle supplémentaire pour un salaire annuel brut
    de 30 000 euros) afin d’obtenir les 4 à 5 points de PIB
    restant.

Lire la suite ici

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *